Blog voyage épistolaire

Le mot « vacances » est pour moi indissociable d’un lieu. Je m’en suis souvenue en y arrivant. C’est remonté d’un coup, sur la route du Grau du Roi, celle qui mène à la plage et au camping de l’Espiguette : là, j’étais en vacances. Combien de fois ai-je déjà pris cette route ? L’excitation monte, toujours la même, intacte après des années : « Je vais voir la mer ! ». Petite, j’arrivais ici dans le panier du side-car. Je n’ai pas pu retenir mon sourire d’enfant fière : « T’as vu ? C’est moi qui conduis la moto ! »

Nous avons été invités par l’office de tourisme du Grau du Roi. C’était pour moi l’occasion de revenir ici – la première fois depuis une petite dizaine d’années – et de faire découvrir à Léo ces souvenirs d’enfance.

Première journée

Nous arrivons au Grau du Roi en milieu d’après-midi et sommes accueillis par Sophie, de l’office de tourisme, au camping de l’Espiguette. Loger au camping est pour moi un vrai plaisir régressif !

Nous dormirons dans une coco sweet, une tente en dur avec deux chambres et un petit coin cuisine, ce qui nous permet de profiter des charmes de la tente tout en étant plus confortablement installés. Mais avant cela, il est temps d’aller à la plage

Balade à cheval sur la plage de l’Espiguette

J’avais vendu à Léo la plage de l’Espiguette comme étant la plus belle plage du monde ; à lui qui avait grandi dans les Caraïbes. Et il a pu la découvrir de la plus belle manière possible : à cheval !

Dans mes souvenirs d’enfant, la plage de l’Espiguette ressemble aux images du Sahara que l’on voit dans les livres : des dunes de sable doré à perte de vue. C’était une petite aventure que de marcher jusqu’à la mer. On découvrait dans le sable des traces du passage d’oiseaux et parfois même de serpents.

À cheval, nous avons pu aller dans les coins les plus sauvages de la plage pour observer les oiseaux dans la partie marécageuse et les dunes de sable que la lumière de fin d’après-midi embellissait encore. Léo ne peut être que d’accord : l’Espiguette est la plus belle plage du monde !

Par ailleurs, la balade à cheval était très plaisante en elle-même. C’était très différent de notre première expérience d’équitation en Mongolie. Nous l’avons faite avec l’Écurie des Dunes et avons pu apprendre pas mal de choses, rien qu’en bouchonnant et étrillant les chevaux avant et après la balade.

Après avoir raccompagné les chevaux dans leur pré et les avoir vu ruiner la douche que nous venions de leur donner en se roulant par terre, il était temps de reprendre nos motos. Direction le centre du Grau du Roi pour un dernier repas avec les parents de Léo dont les vacances en métropole se terminaient. Nous avons mangé avec eux et des amis de sa famille chez Oh frère de la côte où nous nous sommes réellement régalés !

Deuxième journée

Sortie en paddle

Les au-revoir sont encore un peu reportés et nous profitons de la terrasse de la coco sweet pour partager un dernier petit déjeuner avec les parents de Léo, avant de nous rendre ensemble au parc aquatique du camping pour une sortie en paddle.

Pour être sincère, je ne vais pas te la recommander. Le lieu, un chenal menant à la mer, ne s’y prête pas particulièrement : nous avons passé notre temps à pagayer à contre-courant sur une eau dans laquelle on nous a déconseillé de tomber à cause de la pollution engendrée par les bateaux aux alentours. Et le moniteur manquait sérieusement de professionnalisme, ce qui a posé plusieurs soucis au cours de la sortie.

Par contre, si tu as le temps et que tu souhaites faire du paddle, je pense qu’une sortie sur le l’étang du Ponant vaut le coup. C’est une boucle de 12 km et le coin a l’air très chouette. C’est ce que j’avais repéré, mais malheureusement, notre emploi du temps ne nous a pas permis de faire cette balade un peu plus longue. Une prochaine fois !

Après le paddle, nous avons profité d’être tout près, pour découvrir l’Espiguette via l’entrée qu’a le camping sur la plage. Je ne connaissais que l’entrée qui se trouve juste avant le camping, celle avec le parking gratuit, mais celle-ci est très chouette aussi. Elle donne accès à une autre belle partie de la plage avec de belles dunes.

Safari au cœur de la Camargue

Après un agréable bain de mer et une bonne salade au restaurant le Petit Mazet, nous embarquons pour un safari au cœur de la Camargue avec Camargue Autrement.

Laurent, notre guide passionné, nous conduit trois heures durant au milieu des salins, remparts, prés et prés salés, marais, roselières, rizières, vignobles… Les pistes et petites routes deviennent le fil conducteur de l’histoire qu’il nous raconte sur sa Camargue. Les anecdotes sur les oiseaux, les paysages, l’histoire de la région se mêlent avec quelques anecdotes personnelles, faisant de nous des spectateurs attentifs.

Nous nous arrêtons dans une manade pour découvrir un élevage de taureaux et rencontrons, là aussi, des gens passionnés qui aiment partager leur passion. Enfin, nous faisons un dernier arrêt pour déguster de bons vins du coin dans le beau mas du Notaire.

Bref, c’était une très belle sortie avec Camargue Autrement, que je recommande bien volontiers !

Le Grau du Roi et le Luna Park

En fin de journée, je me suis laissée tentée par les traditions des vacances au Grau du Roi. Un tour dans les rues animées du centre pour commencer. La foule est assez compacte en été mais j’aime bien marcher jusqu’au bout de la jetée pour observer les pêcheurs et promeneurs dans les lumières du coucher de soleil. Puis, une balade au Luna Park ! Ça faisait des années que je n’étais plus rentrée dans un parc d’attractions et je n’ai pas su dire non à un tour de grand huit, souvenir des soirées en famille que nous attendions impatiemment avec mon frère.

Troisième journée 

Petit déjeuner à la Marette

Nous nous levons tôt ce matin pour aller profiter des lueurs du lever du jour à la Marette, à Aigues-Mortes. Pendant deux heures, nous suivons un guide qui nous fait découvrir les paysages, la faune, la flore et l’histoire de la Camargue gardoise avec de nombreuses anecdotes ; avant de partager un petit déjeuner. Cette balade matinale m’a beaucoup plu : c’est intéressant de pouvoir comprendre les paysages dans lesquels nous évoluons depuis plusieurs jours. Et puis c’est beau.

Nous profitons d’être à Aigues-Mortes pour faire un tour dans la vielle ville, à l’intérieur de remparts. J’aime toujours autant cette ville médiévale, ses petites rues pavées, ses façades dorées et sa spécialité : la fougasse à la fleur d’oranger !

Balade à moto en Camargue

Nous allons ensuite nous balader à moto au cœur de la Camargue : direction les Saintes-Maries-de-la-Mer par les petites routes et en passant par le bac. Nous nous arrêtons régulièrement pour observer les chevaux blancs ou les taureaux noirs. C’est beau la Camargue.

Arrivés aux Saintes, après une balade, nous nous posons sur une place pour observer la vie ici. Un homme est assis sur les marches de l’église. De l’autre côté de la place, une femme s’assoit sur un banc. Ils se sourient discrètement avant qu’elle ne le rejoigne. Une dizaine de minutes plus tard, ils viennent nous voir pour nous demander, avec un accent allemand, de les photographier sur ces marches. Ils se sont rencontrés ici même il y a 30 ans aujourd’hui.

Nuit à la belle étoile sur la plage de l’Espiguette

Plus tard, nous sommes de retour au Grau du Roi et décidons de passer une nuit à la belle étoile, sur les dunes de l’Espiguette. Il fait déjà nuit noire quand nous nous mettons en marche.

Petite anecdote au passage : sur notre chemin, nous entendons des appels au secours. C’est étrange, il nous semble être parfaitement seuls. En avançant, les appels à l’aide se distinguent. C’est une voix de femme qui vient de derrière les barrières. Nous répondons et nous approchons. Il y a bien quelqu’un. Elle est coincée ici depuis plusieurs heures, dans le noir complet et sans batterie à son téléphone. Elle s’est perdue sur la plage et s’est enfoncée dans les buissons en pensant revenir. Honnêtement, je ne comprends pas vraiment comment elle a pu se débrouiller, mais qu’importe ! Nous lui prêtons une lampe frontale. Elle est entourée de ronces de l’autre côté d’une haute barrière. Nous appelons à l’aide l’agent de sécurité du camping qui, intrigué, se déplace pour constater la situation improbable sans pouvoir aider. Nous appelons donc la police qui vient enfin libérer cette femme de sa mésaventure dont elle rit déjà. Avec les clés d’un portillon et des lampes plus puissantes que nos frontales, ils la libèrent enfin.

Cette histoire ne nous a pas découragés : direction les dunes. Nous choisissons un coin douillet à la lumière de la lampe frontale et nous installons dans nos duvets. Nous découvrirons le paysage demain matin.

Quatrième journée 

Réveil sur la plage de l’Espiguette

J’ouvre un œil à six heures. Le paysage est magnifique. La lumière rosée caresse les dunes de sable doré. Nous sommes seuls au monde. Au loin, la musique des vagues et le chant des oiseaux nous bercent. Il fait trop froid pour quitter mon sac de couchage, je reste emmitouflée et me rendors quelques heures encore avant de rentrer au camping, rendre les clés de la coco sweet.

Notre passage en Camargue s’arrête ici. J’étais très heureuse de redécouvrir ce coin de France que j’aime tant. De le voir autrement. Merci encore à l’office de tourisme du Grau du Roi pour son invitation.

Il est temps pour nous de reprendre la route. Nous ne le savons pas encore, mais ce voyage à moto en France va brutalement s’arrêter dans quelques jours. Après plus d’un mois et demi sur les routes, l’accident guette Léo au détour d’un virage. Ces derniers souvenirs légers de voyage à deux motos sont donc encore plus précieux !

Je t’embrasse,

Léa

Tu aimeras aussi lire :

Cet article a 2 commentaires

  1. Merci encore et encore, ma Léa, pour cette belle balade en Camargue !! Nous avons habité à Nïmes (où Claire est née) et à Bouillargues, donc nous connaissions bien cette magnifique région. Quant au camping de l’Espiguette, c’est aussi un lieu de souvenirs très lointains, mais toujours présents dans mon cœur ! Nous avions, entre autres, l’habitude de nous y retrouver, avec notre groupe de copains étudiants, pour le week-end de Pentecôte. Le camping était complètement sauvage, nous passions de bons moments de musique, bains de mer et autres joies partagées…Bises à vous deux. Mamie Anne.

Laisser un commentaire

Fermer le menu